PARADIS EXOTIQUE DANS SON PROPRE JARDIN

Belle non hollandaise
Des palmiers qui s’élèvent haut dans le ciel, une véritable forêt de bambous et des bananiers pour une meilleure sensation de jungle. Cela ne semble pas hollandais, n’est-ce pas ? Pourtant, ce sont toutes des espèces végétales qui prospèrent dans le jardin hollandais. Il s’agit de choisir les bonnes variétés. Autrement dit, des plantes et des arbustes qui ont l’air exotiques mais qui sont aussi endurcis contre nos hivers. Le bambou, par exemple, est associé à tort à un climat tropical alors qu’il provient en réalité des régions les plus froides du monde. Le palmier d’aspect exotique Trachycarpus fortunei est également originaire de l’Himalaya et n’est pas rare avec la neige et le froid. Avec de vrais exotiques, vous devez travailler un peu plus soigneusement et choisir les cultivars les plus forts de la famille.

Chaleur et bonne terre
Ce que les plantes exotiques ont en commun, c’est qu’elles ne supportent pas les pieds mouillés. Un type de sol bien drainé est donc une condition préalable. Un sol sablonneux ou sableux est parfait, mais vous pouvez l’oublier sur l’argile marécageuse de Boskoop ou l’argile lourde de Zélande. Les plantes en pots ne sont malheureusement pas une alternative ; les racines des exotiques doivent pouvoir pénétrer profondément dans le sol pour être protégées du froid glacial. Nous arrivons immédiatement à la condition deux : la chaleur. Dans le polder frison où le vent souffle dans votre jardin, un jardin exotique n’est pas une réussite. Vous avez généralement plus de chances de réussir dans le Brabant, le Limbourg et la Zélande, où il fait quelques degrés de plus. Mais aussi dans des endroits avec un microclimat. Dans le centre-ville d’Amsterdam, par exemple, les centrales bénéficient de la chaleur des bâtiments environnants.

Leave a Reply

Your email address will not be published.